Accueil



 

 

 

 

 

 

 

 

ISO 9001:2015

Requête inhabituelle

Publié le 10/08/2011 à 11h14 - Vu 4898 fois

- article à propos du Reiki paru dans le journal “Reading Eagle” aux USA -

M. Ed Zdravecki de Sinking Springs devait se faire opérer pour un remplacement de la rotule à St. Joseph Medical Center. Avant l’opération, il a demandé qu’il soit traité avec l’ancien art de soin japonais, le Reiki, pendant tout le déroulement de son intervention.

Dans cet hôpital, on utilisait le Reiki depuis plus de 10 ans. Mais, c’était la première fois qu’un patient demandait à recevoir du Reiki pendant l’opération.

Le chirurgien, Dr. John Stelmach, accepta volontiers en disant qu’il est d’accord avec toute requête de ce genre de la part des patients si cela peut aider la personne à se placer dans un état d’esprit d’autoguérison : « faisant ce métier depuis assez longtemps, j’ai bien compris que c’est l’attitude du patient qui déclenche le processus d’autoguérison ».

Malgré son ouverture, le Dr Stelmach a réalisé cette opération de 45 minutes comme toute autre opération semblable, en utilisant l’anesthésie générale et toutes les procédures habituelles.

La seule différence a été que – à part le personnel « classique » – dans la salle d’opération il y a eu une infirmière en plus, praticienne de Reiki, dont le rôle a été de traiter avec le Reiki le patient anesthésié.

« Le Reiki aide à diminuer les douleurs et apporte de la relaxation ce qui stimule le système immunitaire et automatiquement l’autoguérison », dit l’infirmière Karen DeLong qui a participé à l’opération.

Ed Zdravecki, qui a eu un problème de dos avec des fortes douleurs depuis un certain temps, a reçu du Reiki pour la première fois de la part de sa belle-fille. Il a été convaincu dès la première séance : pendant deux jours il n’a pas eu mal au dos !

Pour préparer l’opération, M. Zdravecki a reçu du Reiki de la part de sa belle-fille, les deux jours avant. Le jour même, juste avant l’opération, il a reçu un traitement de la part de Kathleen Hause, infirmière employée de l’Hôpital. Elle lui a donné un autre traitement le jour après l’opération.

La collaboration entre la médecine allopathique et les thérapies complémentaires est quelque chose d’habituel à St. Joseph. L’Hôpital emploie plusieurs infirmières praticiennes de Reiki et propose ces traitements gratuitement sur demande depuis plus de 10 ans. Egalement, on propose l’acupuncture, le Tai Chi, le massage thérapeutique, etc.

Michael B. Jupina, directeur de marketing et communications de l’hôpital St. Joseph : « La guérison dépend tellement de l’état d’esprit du patient ! Les thérapies complémentaires font de plus en plus partie intégrante du protocole standard proposé par les Hôpitaux »