Articles sur le Reiki



 

 

 

 

 

 

 

 

ISO 9001:2015

Du maître...au MAÎTRE

Publié le 09/07/2015 à 13h42 - mis à jour le 07/10/2015 à 09h58 - Vu 7770 fois

Du maître… au MAÎTRE

- par Laurène Baldassara -

Ouvrir la porte au Reiki dans sa vie, c'est atteindre la partie la plus lumineuse de soi-même. C'est s'offrir la possibilité d'accéder et de faire accéder les autres à la guérison sur tous les plans.

Comme dans toute discipline spirituelle ou énergétique, les piliers sont la paix, l'harmonie et l'amour.

Etre praticien ou maître de Reiki, c'est avant toute chose adhérer et appliquer de son mieux les idéaux du Reiki.

Juste pour aujourd'hui, je me libère de toute préoccupation

Juste pour aujourd'hui, je me libère de toute colère

Juste pour aujourd'hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions,

j'honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux

Juste pour aujourd'hui, je vis ma vie honnêtement

Juste pour aujourd'hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme

 

Des praticiens et des maîtres …

Au sein de cette grande famille faite de tous ceux qui ont accueilli le Reiki dans leur vie à travers le monde, on trouve deux catégories d'initiés qui sont les praticiens et les maîtres de Reiki.

Les praticiens sont des personnes initiées aux 1er, 2ème ou 3ème degrés, utilisant cette technique énergétique sur eux-mêmes et/ou sur les autres.

Les maîtres de Reiki sont des praticiens avant tout. Ces personnes initiées au 4ème degré de Maître-enseignant ont, en plus, la possibilité d'initier à leur tour de nouvelles personnes appelées "élèves" et de transmettre ainsi ce qu'ils ont reçu.

Depuis quelque temps, on observe que certaines questions font débat et causent des tensions entre les maîtres eux-mêmes, mais aussi entre les maîtres et leurs élèves.

Au cœur de cette polémique, le statut du maître de Reiki et ce que certains en font.

 

Qu'est-ce qu'un maître de Reiki ?

Un maître de Reiki est avant tout une personne ayant fait le choix conscient de passer le 4ème degré de maître-enseignant et de recevoir les initiations correspondantes. Les initiations correspondantes à ce degré lui permettent ensuite d'initier à son tour en tant que maître, s'il le souhaite.

Loin d'être un aboutissement, c'est le point de départ d'un long cheminement pour avancer avec conscience dans sa spiritualité. Devenir maître de Reiki, c'est un engagement que l'on prend tout d'abord vis-à-vis de soi.

Le maître a le choix d'utiliser cette technique seulement pour lui-même et les siens ou bien encore de décider de transmettre ce qu'il a reçu en enseignant à son tour.

 

Quelques questions qui font polémique …

Si l'enseignement et la ligne directrice sont communs à tous malgré quelques variations en fonction des écoles, il faut cependant se rappeler que nous sommes humains. Ainsi, chaque maître vit le Reiki et l'enseigne avec sa propre sensibilité. Comme dans tout enseignement, chaque maître de Reiki établit son propre fonctionnement, sa propre manière d'enseigner, ses propres tarifs... en fonction de sa personnalité et de ce qu'il estime être juste. Chaque maître a sa propre vision de ce qui est bon et juste de faire ou non. Il faut respecter cela car le Reiki nous invite avant tout à être honnête vis-à-vis de nous-mêmes. Ainsi, nous éviterons les conflits suscités par certaines questions récurrentes.

Tour d'horizon de ces questions qui font débat…

 

Un élève peut-il changer de maître de Reiki ?

Lorsque l'on souhaite être initié au 1er degré de Reiki, arrive cette question épineuse, que l'on s'est tous posée : Quel maître vais-je choisir ?

Commence alors une recherche qui porte sur des critères objectifs (enregistrement administratif et fiscal, certificats, etc.) mais aussi sur des critères subjectifs (confiance, ressenti personnel, disponibilité…). Jusqu'à ce moment où l'on ressent au fond de soi que « cette » personne-là est la bonne pour nous à cet instant de notre vie.

C'est alors le début d'une belle et longue aventure ! Mais parfois aussi, on peut s'apercevoir que l'on s'est trompé d'accompagnant ou bien constater que l'on n'a pas/plus la même démarche et que le maître que l'on avait choisi n'est plus la personne adaptée pour soi.

Comme en amour, ce sont des choses qui arrivent… Il faut en être conscient et ne pas en faire une affaire personnelle. Un maître, aussi bon et engagé soit-il, ne peut pas convenir à tout le monde, et il est important que le maître comme l'élève soient à l'écoute de leurs propres ressentis.

Certains maîtres s'effarouchent de voir leurs élèves partir pour continuer leur route avec un autre maître. Mais que font-ils du libre arbitre ? N'y aurait-il pas un peu d'ego blessé derrière de telles réactions ? Car en fait, l'essentiel n'est-il pas qu'un élève grandisse et s'épanouisse dans le Reiki, même si c'est avec un autre maître ?

Quant à l'élève, s'il ne se sent pas/plus en harmonie avec le maître qu'il a choisi, alors le changement doit être fait afin que cela ne nuise pas à sa pratique du Reiki.

En tout état de cause, rappelons qu'un maître n'est pas propriétaire de ses élèves et qu'à ce titre, il ne devrait en aucun cas exercer un pouvoir sur eux en tentant de les retenir ou en s'octroyant le droit de contrôler leur évolution.

 

A partir de quel degré un initié peut-il utiliser le terme de « praticien de Reiki » ?

A cette question, vous entendrez toutes les réponses ! Je n'arriverai jamais à comprendre sur quels fondements reposent les affirmations selon lesquelles on ne peut pas être « praticien » avant un 3ème degré ! Pouvoir, pouvoir, pouvoir ….

Pourtant la réponse est : à partir du 1er degré ! Qu'est-ce qu'un praticien si ce n'est quelqu'un qui pratique ?

Certains maîtres exigent de leurs élèves qu'ils aient atteints un certain degré et qu’ils demandent leur autorisation avant de pouvoir exercer en tant que praticien de Reiki. Selon eux, il en va du respect que l'on doit à son maître mais également de leur propre réputation qui pourrait être engagée si l'élève ne pratiquait pas le Reiki « comme il faut ».

Je ne suis pas d'accord avec eux, et ce pour deux raisons :

Tout d'abord, le Reiki est d'abord une ouverture de conscience… s'initier au Reiki, c'est s'ouvrir à la tolérance, au respect de soi et des autres, à l'humilité…

Dès lors, qui peut être plus à même que l'élève de déterminer s'il est prêt ou non à pratiquer sur autrui ?

Certes, le rôle du maître est d'accompagner son élève et de lui mettre certains points en lumière mais il ne devrait en aucun cas interférer dans son libre arbitre une fois cela fait.

Ensuite, le maître n'est pas responsable de ses élèves ! Une fois son travail d'accompagnant effectué, il n'est plus responsable de ce que l'élève fait de ce qu'il a acquis. C'est à lui seul d'en juger et de faire, en son âme et conscience. L'enseignement doit révéler la personne à elle-même et non faire d'elle un clone de son maître. N'oublions jamais que la spiritualité doit nous rendre libre et non nous enfermer.

Dès lors, la justification d'un tel contrôle est la peur et l'ego.

Le maître, s'il a fait suffisamment de chemin, devrait être détaché de ces notions de peur et d'ego. C'est là aussi ce qui distingue pour moi un maître d'un Maître.

 

Du maître au MAÎTRE, en passant par l'être

L'obtention du certificat de maître-enseignant de Reiki est un commencement. Certes, il valide un niveau atteint en termes d'initiations reçues. A présent, l'élève devenu maître va passer sa vie toute entière à avancer sur le chemin de la compréhension du Reiki.

Le jeune maître a la certification, il lui manque à présent l'expérience. Cette expérience qui se construit jour après jour et qui est propre à chacun. C'est au fil du temps qu'il acquerra la véritable maîtrise du Reiki, comprendra la sagesse des Idéaux et deviendra tout doucement un Maître.

Je vois parfois des maîtres diffamer d'autres jeunes maîtres sous prétexte qu'ils n'auraient pas mis suffisamment d'années à aller du premier au quatrième degré (maître-enseignant). Dans ces cas-là, leur propre parcours constitue la référence de leur jugement.

Oui, c'est vrai ! Avancer dans le passage des différents degrés va de pair avec un cheminement intérieur et personnel. Chaque degré doit être « intégré » et cela demande du temps. Ainsi, penser que ce cheminement peut se faire en quatre week-ends successifs sous prétexte que l'on a versé une coquette somme d'argent est totalement aberrant ! Cependant, sur quels critères établir un modèle type ? Chaque personne est différente. C'est beaucoup plus une question d'entraînement, d'investissement personnel et encore une fois, la décision du passage des différents degrés et notamment de la maîtrise, doit être prise par l'élève lui-même, quand il s'estime prêt à cela.

Respecter cela, c'est déjà exhorter l'élève à « être » pleinement et véritablement ! Une sincérité, une authenticité, une vérité nécessaires pour qu'il puisse devenir un jour un Maître.

 

Quand devient-on un Maître ? Lorsque toute notion de pouvoir, de contrôle, de concurrence quelconque, de jalousie et de peur est évincée. Lorsque l'on est conscient de n'être qu'un accompagnant, un maillon de la chaîne, respectueux de nos enseignants comme de nos élèves, un porte-drapeau connaissant et pratiquant le Reiki mieux qu'hier, mais moins bien que demain (!).

Quand on sait que l'on a déjà parcouru un long chemin mais que tout encore reste à faire et que la fin de la route est encore bien loin… Que chaque jour est pour soi une nouvelle occasion d'apprendre avec humilité, y compris de ses élèves…

Si la grande famille du Reiki comptait plus de Maîtres, nul doute que les querelles de clochers que l'on observe depuis quelque temps déjà n'existeraient pas.

 

Vœu d'un jeune maître

Au moment où j'écris ces lignes, je suis moi-même un jeune maître de Reiki qui a eu la chance de croiser la route d'un maître qui m'a donné l'envie d'avancer dans cette voie et m'a donné des clés en me laissant toujours libre de l'utilisation que j'en ferai.

C'est une longue route qui m'attend, gageons qu'elle sera lumineuse et pleine de surprises !

Je remercie le Reiki pour tous ses bienfaits, je remercie mes anciens maîtres Reiki pour ce qu'ils m'ont apporté même si nos chemins se sont séparés, je remercie mon maître actuel pour m'avoir permis de franchir cette porte déterminante dans mon évolution personnelle, ainsi que toutes celles et ceux qui me font confiance au quotidien dans mon cabinet.

A tous, que la lumière brille dans vos cœurs et vos vies !

Site de Laurène

www.laurene-baldassara.com