Articles sur le Reiki



Le Reiki : secte ou pas secte ?

Publié le 02/09/2012 à 15h21 - Vu 65525 fois

Le 27 Avril a été rendu public le rapport 2005 de MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) et cela a surpris plus d’un dans le monde du Reiki. Le fait que les médias en Métropole et dans les Îles ont profité pour sortir de la manche un article ou un commentaire pas très sympa (et pas forcement bien documenté non plus) sur le Reiki, n’a pas arrangé les choses, non plus.

 

Des praticiens de Reiki des six coins de la France et des Îles, ont réagi et se sont demandés quelle est la meilleure action à entreprendre maintenant.

 

Le texte qui suit s’adresse à ces personnes et à tous ceux qui veulent bien le lire.

« Il est impossible de définir rationnellement comment fonctionne cette technique – dit Catherine Marchi (psychologue clinicienne, diplômée de l'Université René Descartes Paris V) dans le magazine Psychologies - mais son engouement actuel est dû au fait que des résultats existent et que le Reiki guérit certains troubles. Pour certains, c'est une voie de développement personnel, pour d'autres une relaxation profonde qui prépare à la guérison, pour d'autres encore c'est un parcours spirituel. »

 

Bases du Reiki :

- l’énergie de vie existe (le KI ou CHI, le PRANA, etc.) et l’Etre humain se nourrit spontanément de cette énergie

- en cas de disfonctionnement ou manque énergétique il peut y avoir besoin d’une intervention extérieure, comme par exemple, de la part d’un praticien de Reiki

- le Reiki est une technique énergétique transmise d’une personne à l’autre par initiation (ou harmonisation, ou accordage, ou mise en résonance, etc.)

- la personne initiée peut se donner des traitements de Reiki à elle-même et peut en donner à d’autres personnes également. Elle n’est pas automatiquement un thérapeute ; elle est un praticien Reiki.

- les traitements énergétiques aident la personne concernée à accroître son niveau de bien-être, à déclencher son processus d’autoguérison, à favoriser et/ou accélérer la guérison en cours

- la guérison ne dépend pas du praticien de Reiki, mais de la personne concernée

- le Reiki est une thérapie complémentaire et non pas alternative : il est compatible avec tout autre thérapie ou technique et le but n’est pas de les remplacer mais de compléter leur effet.

- la personne qui reçoit le traitement (ou participe à un stage de Reiki) est totalement libre de décider quel est le chemin thérapeutique et/ou de vie qu’elle souhaite suivre.

- le praticien de Reiki encourage la personne traitée à aller voir son médecin et tout autre thérapeute pour s’assurer d’une guérison totale ;

- le praticien de Reiki ne prescrit pas de médicaments ou autres produits, ne donne pas son opinion sur le traitement médicamenteux suivi par le receveur et n’empêche pas la personne traitée à continuer son traitement médicamenteux prescrit par son médecin.

- lors d’un traitement de Reiki, le praticien ne manipule pas les muscles ou les os, ne fait pas de diagnostic,

- le Reiki est un chemin spirituel basé sur les cinq Idéaux du Reiki :

            - Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation

            - Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère

- Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions et j’honore     mes parents, mes professeurs et mes aïeux

            - Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement

            - Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme

(pour plus de détails sur ces cinq idées, n’hésitez pas à consulter notre site Internetwww.reikiforum.com)

- la spiritualité qu’on retrouve dans le Reiki inclut obligatoirement le libre arbitre, le discernement, la responsabilité.

 

J’estime qu’il y a en France à ce jour plusieurs centaines de milliers personnes initiées au Reiki et pas loin de 10 000 Maîtres de Reiki.

 

Dans le monde entier le Reiki est pratiqué par des millions de personnes et sa pratique est de plus en plus intégrée dans des établissements officiels de santé, cliniques et hôpitaux.

Malgré son côté irrationnel, on observe ses avantages et on s’en sert à titre privé ou professionnellement.

 

Mais son essor inhabituel (apparemment aucune autre technique ne s’est répandu aussi vite et autant dans le monde) attire l’attention et dès qu’on se trouve dans le point de mire toute sorte de commentaires peuvent arriver, notamment de la part de personnes qui ne comprennent pas assez cette pratique.

 

Je ne vais pas énumérer ici les bienfaits de la pratique du Reiki. Il y a près d’une centaine de livres en français sur le Reiki, plus de 34 900 sites Internet en français et plus de 921 000 sites Internet sur le Reiki dans le monde !

 

Si on accepte que uniquement le 10% de ce qu’on dit sur ces sites est vrai, c’est déjà prodigieux : une technique énergétique qui est vraiment complémentaire à tout acte de soin par la médecine allopathique et toute autre thérapie.

 

Et les faits parlent d’eux-mêmes : la grande majorité des gens qui pratiquent le Reiki sont plus gentils, plus stables émotionnellement, plus calmes, moins stressés, travaillent mieux, ont des relations harmonieuses en famille et avec leur entourage,  etc. La preuve est que malgré une multitude de personnes pratiquant le Reiki et beaucoup plus qui sont « touchées » indirectement par le Reiki, les organisations qui luttent contre les sectes ont reçu juste quelques dizaines de « réclamations ».

 

Existe-t-il des gens initiés au Reiki qui ne sont pas bien dans leur peau ? Bien sûr. Pourquoi ?

Simplement parce qu’ils avaient de gros problèmes qu’ils n’ont pas pu résoudre tout seul et au lieu d’aller chercher de l’aide auprès d’un professionnel, ils sont venus faire un stage ou recevoir quelques traitements en pensant que le Reiki est la baguette magique.

 

Participer à un stage de Reiki peut aider énormément, mais ce n’est pas cette baguette magique. La pratique régulière du Reiki combinée avec l’aide de la part d’un ou plusieurs professionnels de la santé va donner de résultats encore plus rapides et profonds.

 

Il faut se rappeler qu’habituellement un Maître de Reiki n’est pas un professionnel de la santé ; il n’est pas psychologue, psychiatre ou psychothérapeute formé solidement dans cette branche. Et un Maître de Reiki n’est pas un MAITRE spirituel. Il ne va pas se substituer à ces gens et il ne faut pas lui demander de le faire non plus.

 

Avant le Reiki, il y a eu des gens malheureux et il y a eu des divorces. Aujourd’hui, il y en a toujours. Mais, au moins avec le Reiki les gens se réveillent et prennent leur propre responsabilité dans le couple et dans le monde où ils évoluent et ils oeuvrent pour le mieux de tous.

Alors, si c’est une technique aussi valable, largement acceptée et pratiquée, pourquoi parle-t-on de secte ?

 

Voici des extraits du rapport de MIVILUDES concernant le Reiki : « le Reiki connaît un développement sans précédent actuellement en France. Cette technique de guérison par imposition des mains fait du praticien initié à la technique un simple médium ou canal de l’énergie universelle qui sera transmise au patient pour rétablir la force vitale garante de sa bonne santé. Face à l’augmentation des demandes d’information et des témoignages à charge recueillis par les associations de terrain sur cette mouvance en particulier, celles-ci appellent les pouvoirs publics à se montrer particulièrement vigilants à l’égard des dérives que la pratique du Reiki pourrait engendrer. » (Souligné par Reiki FORUM)

 

« …parce qu’elle [la technique Reiki] repose sur un fondement dénué de toute objectivité scientifique, elle peut d’autant plus facilement déboucher sur des dérapages éventuels… »

(Souligné par Reiki FORUM ; n.b. : les « associations de terrain » = UNADEFI, GEMPPI, CCMM)

Ce que je vois ici est le fait que personne n’accuse le Reiki d’être une secte. Plus encore, sur le site Internet de ces associations qui « luttent contre les sectes » il est clairement marqué que le Reiki, étant une technique, ne peut pas être une secte. Mais… que certaines personnes pratiquant le Reiki font partie des sectes !

 

Dans le document de MIVILUDES il s’agit de « dérives que la pratique du Reiki pourraitengendrer » ou encore de « dérapages éventuels ».

 

Evidemment, je ne suis pas d’accord avec l’idée que toute pratique qui ne soit pas catholique et/ou « reconnue » est potentiellement une secte. Le monde a évolué énormément pendant les derniers 20 ans, dans tous les domaines de la vie, y compris dans celui des thérapies. Le passage de la suprématie de la médecine allopathique vers une médecine plus globale a été enclenché définitivement. La preuve est que les statistiques officielles disent qu’un français sur trois se soigne par des méthodes complémentaires.

 

Mais, je sais aussi que pendant ce processus de transformation il peut y avoir des exagérations, des recherches qui n’ont pas été menées au bout, des confusions, voire des dérives intentionnelles et aussi qu’il existe des groupements qu’on pourrait classer comme secte. Même si la majorité des sectes ne sont pas illégales, du moment que la liberté personnelle d’une personne est réduite, qu’il y a désinformation - donc manipulation - je ne pense pas que ce soit un chemin thérapeutique ou spirituel sain. Malheureusement, on trouve cela même dans certaines religions.

 

Concernant le Reiki, je crois qu’il y a seulement deux ou trois raisons pour lesquelles il est cité volontiers par les medias et par ces organismes qui veillent au bien-être des citoyens.

D’abord, le manque de compréhension de la part des personnes non initiées. Quand une personne n’a pas fait l’expérience par elle-même, elle ne peut pas comprendre, évidemment. (D’autre part, si on a fait l’expérience dans un esprit à priori négatif, on trouvera toujours des choses à dire. On peut même critiquer Jésus Christ si l’on veut !)

 

La seule chose qu’il est demandé aux personnes qui ne connaissent pas le Reiki d’une façon directe est de s’abstenir de donner leur opinion. En effet, c’est la moindre des choses : on ne peut parler que sur les choses qu’on connaît. Si non, on passe forcement pour un semidocte ou encore pour un mythomane. Et que ce soit l’un ou l’autre, personne n’en veut !

 

Ensuite, le manque de clarté dans le domaine de la communication de la part des praticiens de Reiki.

 

La majorité des Maîtres et praticiens n’ont pas suivi des cours de communication ou de PNL et ils s’expriment naturellement, comme dans une conversation entre amis où le dialogue peut éclaircir des éventuelles erreurs. Bien sûr que si ce genre de communication est mis par écrit (ou repris par quelqu’un d’autre), la signification des mots change et la porte est ouverte aux interprétations plus ou moins bienveillantes et aux malentendus. Donc, au lieu de se fier au fait que le Reiki va nous guider sans problème lors de nos communications, il serait plus judicieux de remettre en question chaque mot qu’on va utiliser dans sa présentation et publicité.

 

Il y a 20 ans, la naïveté était peut-être acceptable dans le Reiki ; maintenant nous avons suffisamment grandi et nous sommes sensés savoir ce que nous voulons dire et le dire correctement. Donc, au lieu de répéter les phrases toutes faites trouvées dans les livres ou sur Internet, il suffira d’appliquer le principe « l’élève a le devoir de remettre en question l’enseignement reçu de la part de son Maître ».

 

A partir de là, conscient du fait que chaque détail est important, chacun trouvera les mots qui vont exprimer ce qu’il veut dire réellement.

 

Grâce à cela, il n’y aura plus de publicité du genre « venez nous voir, guérison de toute maladie garantie par le Reiki !». Même si les praticiens de Reiki savent que cette publicité est mensongère, il y a suffisamment de gens qui peuvent croire que c’est peut-être vrai. Le magique est présent dans le Reiki, je le sais bien. Mais affirmer qu’on peut faire des miracles à volonté (de la magie !), ce n’est pas honnête.

 

Dans ces cas - s’il vous plaît ! - ce n’est pas le Reiki qu’il faut remettre en question, ni les praticiens dans leur ensemble ; le responsable est seulement l’auteur de la publicité respective.

Finalement, l’amalgame incroyable de « techniques new age » qui n’ont rien à voire avec la pratique du Reiki.

 

Non seulement qu’on mélange toute sorte de techniques énergétiques, mais on ajoute ici une diversité surprenante de pratiques ésotériques, la médiumnité, les extraterrestres, les Maîtres spirituels ascensionnés, illuminés et contemporains, les anges, 35000 symboles « nouveaux et originaux », etc. Aussi : tel style de Reiki est le plus fort puisque dicté par tel maître ascensionné, l’autre est plus fort parce qu’il vient du continent Mu, etc. Ou encore : si vous faites partie de notre groupe vous êtes sauvés parce que nos amis de la constellation X vont transmuter seulement ceux qui sont purs comme nous ! Le plus : en 2012 la Terre va souffrir des changements profonds. Venez vous réfugier sur mon île dans le Pacifique pour 12 000 $ - payable à l’avance - et vous serez sauvé !

 

Le Reiki n’a pas besoin de tout cela !

En introduisant dans le Reiki cet « enseignement », non seulement qu’on donne une mauvaise impression, mais on manipule les gens, puisqu’on est en train de se comporter comme un guru (dans le sens négatif du mot). En plus, on déforme l’idée de base de cette discipline : le Reiki est un phénomène énergétique qui ne dépend pas des croyances du praticien ni des celles du receveur.

 

Je respecte toutes les pratiques existantes aujourd’hui : si elles existent, cela veut dire que nous en avons besoin pour une raison quelconque. (Il ne faut pas oublier que parfois nous avons besoin – malheureusement –d’une expérience dure dans le but d’apprendre à dire non !)

 

Cependant, il vaut mieux que chacune de ces tendances aie sa place bien définie et non pas tout mélangé pêle-mêle sous la tutelle du Reiki.

 

Je sais bien qu’il est impossible d’arriver à une uniformisation de la pratique du Reiki est c’est certainement bien comme ça. Mais, les dérives rencontrées actuellement en plus de ne pas être bénéfiques, peuvent faire du tort au Reiki et à ses praticiens.

 

A la question donc « quelle est la meilleure action à entreprendre après le rapport de MIVILUDES » la réponse est simple : si chaque praticien et enseignant de Reiki prend sa juste place, si chacun prend ses responsabilités, se remet en question, fait en sorte que sa pratique soit irréprochable, il n’y a rien à faire de plus.

 

Je répète : si une personne ou une organisation n’accepte pas les idées de base du Reiki, c’est son droit et je n’essaierai pas de la convaincre.

 

Cependant, aussi longtemps que nous sommes des vrais professionnels, que nous respectons nous-mêmes ces idées de base, que nous respectons la déontologie proposée par la Fédération Francophone de Reiki Usui (FFRU), personne et rien ne pourra nous reprocher quoi que ce soit.

Et avec cela, le Reiki recevra rapidement la place qui lui est dû dans la société d’aujourd’hui.

 

Nita

 

Pour plus d’informations et déclencher un auto-questionnement, vous pouvez consulter les sites Internet suivantes :

-          Le texte complet du Rapport MIVILUDES 2005 :http://www.miviludes.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_MIVILUDES_2005-2.pdf

 

-          Texte rédigé par Me DURRIEU-DIEBOLT, Avocat à la Cour, par rapport à la pratique illégale de la médecine :

http://sos-net.eu.org/medical/illeg.htm#top

 

-          Associations qui luttent contre les sectes :

http://unadfi.orgwww.ccmm.asso.fr,

http://www.ifrance.com/sectes-info-gemppi