Articles sur le Reiki




 

Les premières femmes dans le Reiki : Chie Hayashi

Publié le 17/10/2022 à 16h45 - mis à jour le 18/10/2022 à 15h25 - Vu 371 fois

Les premières femmes dans le Reiki :

Chie Hayashi

- INTRODUCTION ÉDITORIALE –

par Silke Kleemann et Amanda Jayne

En travaillant sur notre livre « Women in Reiki », il a été particulièrement difficile de trouver des informations sur Chie Hayashi, l'épouse de Chujiro Hayashi. Mais finalement, nous avons pu obtenir beaucoup de nouvelles informations sur elle, ce qui nous a fait particulièrement plaisir.

Le fait que cela ait été si difficile a beaucoup à voir avec la position sociale des femmes à l'époque. En général, les activités des femmes sont moins bien documentées, et souvent, elles ne pouvaient se dérouler que dans le cadre domestique. Sur les arbres généalogiques des familles, les filles et les épouses ne sont même pas toujours nommées, alors que les membres masculins de la famille le sont. De plus, au Japon, il n'est malheureusement pas facile d'obtenir un aperçu des registres de famille auprès des instances officielles ; le Koseki (comparable au livret de famille chez nous) n'est généralement délivré qu'aux membres de la famille. C'est pourquoi nous n'avons pas pu approcher Chie Hayashi par ce biais, mais avons dû rassembler des bribes d'informations provenant de différentes sources. Tadao Yamaguchi nous a notamment aidés dans cette tâche, car sa grand-tante Chiyo Sugano était une amie proche de Chie Hayashi. Un chapitre de notre livre est également consacré à Chiyo Sugano, qui était l'épouse de Wasaburo Sugano, lequel, en tant qu'organisateur de séminaires pour Chujiro Hayashi, a introduit pour la première fois le Reiki dans sa région natale d'Ishikawa, où Chiyoko Yamaguchi l'a appris en 1938.

Chie est probablement née en 1887 à Atami, à une centaine de kilomètres de Tokyo, près du Mont Fuji. Issue d'une famille aisée, elle a fréquenté l'école secondaire pour filles de Shizuoka, ce qui n'allait pas de soi à l'époque. Le mari qu'elle a choisi, Chujiro Hayashi, était originaire de Niigata, à plusieurs centaines de kilomètres de là, sur la côte opposée de Honshu. La grande distance entre leurs lieux d'origine indique que leur mariage a été arrangé (omiai en japonais). Cette pratique était tout à fait courante dans les familles aisées au début du siècle. En 1903, son fils Tadayoshi est né – Chie avait alors 16 ou 17 ans. En 1910, sa fille Kiyoe (parfois orthographiée Chiyoe), lui succéda.

Le mari de Chie, Chujiro, travaillait dans la marine, un poste prestigieux. Depuis le début du siècle, le Japon n'avait cessé de développer sa marine, qui allait devenir la troisième plus puissante du monde en 1920, et son influence dans le pays était en conséquence, les officiers de Marine ayant leur mot à dire dans le gouvernement. Pour notre histoire du Reiki, il est intéressant de noter que Chujiro est entré en contact avec cette méthode de guérison par le biais de son environnement professionnel : Hoichi Wanami, un futur président de l'Usui Reiki Ryoho Gakkai, a été son supérieur pendant quelques années, et il a également rencontré dans la marine Juzaburo Ushida et Kanichi Taketomi, deux autres présidents de la Gakkai. Quelque part entre 1922 et 1924, il est entré dans la société Usui, est devenu Shihan en 1925 et membre du comité directeur. À la demande de Mikao Usui, il a ouvert le Hayashi Reiki Kenkyu-sho (centre de recherche) à Tokyo afin d'explorer davantage les possibilités d'application du Reiki en combinaison avec son expérience médicale.

Chie elle-même a appris la méthode du Reiki dans les années 1920, et son nom figure, avec ceux de ses enfants, sur une liste de membres de l'Usui Gakkai datant de 1928. Elle a soutenu son mari dans son cabinet à Tokyo, et la famille y vivait en partie. Lorsque Hawayo Takata a appris le Reiki de Chujiro Hayashi en 1935/6, elle a trouvé un accueil amical chez les Hayashi et sa fille Julia s'est liée d'amitié avec Kiyoe.

Après la mort de Mikao Usui en 1926, les Hayashi sont restés actifs au sein de la société Usui, mais à la fin de l'année 1930, Chujiro Hayashi a transformé son centre existant en son propre institut, le Hayashi Reiki Kenkyu-kai. La raison en était probablement un désaccord avec le nouveau président de la Gakkai, Juzaburo Ushida. Chujiro Hayashi considérait cependant que son enseignement s'inscrivait clairement dans la tradition de son maître. Sur les certificats, il continuait d'utiliser le terme de Mikao Usui, Shin shin kaizen Usui Reiki Ryoho, méthode de traitement Usui avec le Reiki pour améliorer l'esprit et le corps. S'il avait changé quelque chose au système, il aurait choisi une nouvelle dénomination pour sa méthode, conformément à la tradition japonaise.

Sur invitation de Hawayo Takata, Chujiro Hayashi et sa fille Kiyoe se rendirent à Hawaï d'octobre 1937 à février 1938, où Hayashi enseigna abondamment la méthode Reiki et, selon les rapports du journal Hawaii Hochi, recruta environ 350 nouveaux membres pour son institut. Kiyoe proposait la Cérémonie du thé et l'Ikebana à Hawaï, ce qui montre qu'elle avait reçu une formation dans les arts classiques japonais, selon la position sociale de sa famille. Chie s'est probablement occupée du cabinet et de l'institut à cette époque.

Les années 1940 n'ont pas seulement apporté à Chie les difficultés croissantes de la guerre qui touchaient le monde. Elle a dû faire face à la décision de son mari de quitter la vie le 11 mai 1940, probablement parce qu'il ne voulait pas fournir d'informations de renseignement sur Hawaï, ce qu'il aurait été obligé de faire en tant qu'ancien officier de marine. On peut facilement imaginer à quel point il a dû être difficile pour Chie de soutenir cette décision. Cependant, en tant que femme japonaise, elle a été éduquée pour soutenir son mari en tout, y compris dans son cheminement vers une mort honorable. Comme Chie l'a raconté plus tard à son amie Chiyo Sugano, Chujiro s'est ouvert les veines avec un scalpel en sa présence et celle de quelques proches élèves.

Pour le Hayashi Reiki Kenkyukai, cela a créé un problème de succession. Dans les circonstances actuelles, il aurait été problématique pour un homme de reprendre la direction, car la décision de Hayashi était jugée antipatriotique, ce qui était un reproche dangereux dans une ambiance de plus en plus nationaliste. Cela n'avait rien à voir avec le Reiki en tant que méthode en soi, mais avec la personne de Hayashi et son suicide. C'est pourquoi Chie elle-même a pris la position de Kaicho, le chef de l'Institut, qui comptait à l'époque environ 5 000 membres. C'est à elle qu'incombait la tâche de former d'autres enseignants et de les autoriser à enseigner.

Sans ces circonstances particulières, il aurait été difficile d'imaginer qu'une femme prenne la relève, c'était très inhabituel. Les femmes japonaises n'ont, par exemple, obtenu le droit de vote qu'après la guerre, et jusqu'en 1922, elles n'avaient même pas le droit de participer à des réunions politiques. Le fait que la succession ait été considérée au cours des derniers siècles comme une affaire d'hommes préoccupe actuellement aussi la famille impériale japonaise. En effet, l'empereur Naruhito et son épouse Masako n'ont qu'un seul enfant, une seule fille – c'est pourquoi son frère cadet, puis son fils, devraient succéder à Naruhito, à moins que les Japonais et les Japonaises n' se décident à modifier cette règle de succession.

Après la mort de son mari, Chie Hayashi a fermé son cabinet à Tokyo, mais elle a continué à voyager et à enseigner, en prenant soin de ne pas attirer trop d'attention sur elle et sur l'Institut dans un premier temps. Dans la famille Yamaguchi, il existe des certificats datant de 1943 qui portent le nom et le cachet de Chie. Comme son mari avant elle, Chie a continué à se rendre régulièrement à Daishoji dans la préfecture d'Ishikawa, l'endroit d'où étaient originaires Wasaburo et Chiyo Sugano, et où Chiyoko Yamaguchi (qui s'appelait alors Chiyoko Iwamoto) vivait et apprenait le Reiki. Chie venait pour des Reiju Kai communs (réunions d'entraînement avec Reiju/initiation) ; en outre, à partir de 1941, les femmes organisaient des commémorations annuelles pour Chujiro Hayashi dans un temple bouddhiste.

Lors de ses visites, Chie logeait dans la maison de la famille Ushio. Les Ushio étaient riches, Wasaburo Sugano ainsi que Toki, la mère de Chiyoko, étaient des enfants de la famille. Wasaburo Sugano, qui avait pris un nouveau nom en tant que deuxième fils et avait tenté sa chance comme entrepreneur à Osaka, était responsable de cette maison de sa famille d'origine après la mort de son frère aîné. Lorsque la situation dans les grandes villes est devenue difficile en raison de la pénurie alimentaire et, plus tard, des bombardements américains, Chiyo Sugano et Chie Hayashi ont tous deux vécu à Daishoji. Cette région rurale était calme et ne connaissait pas la famine.

Entre février et mai 1945 en particulier, Tokyo a été fortement bombardée, 100 000 habitants sont morts et un million se sont retrouvés sans abri. Nous n'avons malheureusement pas pu déterminer avec certitude si la maison des Hayashi avait été détruite ou non. D'après des images historiques de la région, tout y a été détruit, mais Hawayo Takata a parlé d'un foyer pour réfugiés qui y a été installé. Il est possible que Chie ait également perdu ses ustensiles de Reiki, car il existe des certificats de l'époque de la guerre sur lesquels le cachet de l'Institut manque. Le 15 août 1945, Chie et Chiyo Sugano ont écouté ensemble à Ishikawa le discours de capitulation de l'empereur à la radio, un moment mémorable pour tous les Japonais. Jusqu'au dernier moment, il aurait tout aussi bien pu être question d'appeler tout le monde à se battre jusqu'à la mort. C'était la première fois que l'empereur Hirohito s'exprimait à la radio, le peuple n'avait encore jamais entendu sa voix. Après son discours, le contenu a dû être traduit une nouvelle fois en japonais courant, car la famille impériale s'exprimait de manière si formelle que les citoyens ordinaires ne comprenaient pas du tout.

Après la guerre, sous l'occupation américaine, la plupart des méthodes de guérison traditionnelles (à l'exception du shiatsu et de l'acupuncture) sont devenues illégales. Un retour à la pratique publique était donc impossible, même pour le Hayashi Reiki Kenkyukai. Nous savions déjà, grâce aux récits de Chiyoko Yamaguchi, que Chie avait continué à venir régulièrement à Ishikawa après la guerre. Grâce à un conseil de la part de Justin Stein, nous avons même pu en trouver une preuve écrite, à notre grande joie. Les archives Takata de l'université de Californie contiennent une lettre de Chie Hayashi à Hawayo Takata. La lettre n'est pas datée avec précision, mais son contenu indique qu'elle a été écrite entre 1958 et 1960. Dans cette lettre, Chie Hayashi remercie Hawayo Takata non seulement pour son souvenir de Chujiro et les cadeaux qu'elle lui a offerts, mais aussi pour son engagement en faveur de la diffusion du Reiki. Elle écrit également qu'elle vient de se rendre à Daishoji pour un grand Reiju Kai, où les gens pratiquent le Reiki avec beaucoup d'enthousiasme.

Chie avait 72 ans à l'époque et, comme nous le savons par les récits de la famille Yamaguchi, elle avait du mal à trouver quelqu'un pour lui succéder en tant que Kaicho de l'Institut de Reiki Hayashi. Elle a demandé à Hawayo Takata, lorsque celle-ci a pu revenir au Japon pour la première fois après la guerre en 1954, et elle a également demandé à Katsue Komatsu, la sœur aînée de Chiyoko Yamaguchi, qui vivait à Daishoji. Les deux femmes ont refusé. Katsue trouvait la responsabilité trop lourde et voulait s'occuper entièrement de sa famille ; Hawayo avait son centre de vie à Hawaii.

Nous ne savons malheureusement pas exactement jusqu'à quand Chie Hayashi a vécu. Cependant, si nous considérons son parcours de vie et son cheminement avec le Reiki, nous pouvons supposer avec certitude qu'elle a continué à pratiquer le Reiki jusqu'à la fin.

 

NOTE : le livre « Women in Reiki » est disponible sur :

www.bod.de/buchshop/women-in-reiki-silke-kleemann-9783754307533

Presentation in English:

This book is the first to focus on the women who practised in the early days of Reiki. Some are well known while others are yet to be discovered. Follow the stories of Chiyoko Yamaguchi, Hawayo Takata, Chie Hayashi, Kimiko Koyama and other women who used Reiki in their everyday lives and passed it down through the generations. What were their life circumstances? What challenges did they have to overcome? And what can we learn from them today?

Reading this book will not only give you fresh insight into the roots of Reiki and what life in Japan was like when the first women were practising, it will enhance your understanding of what Reiki is through a deeper connection with the culture it comes from.

In addition to learning about the traditional way of practising Reiki you will gain useful recommendations for living with Reiki today from the experiences of female teachers in Japan, Canada, Germany and the UK.