Articles sur le Reiki



Le Bien et le Mal dans l'absolu

Publié le 02/09/2012 à 14h38 - Vu 63402 fois

A mesure que notre exploration intérieure s'approfondit, nous pouvons découvrir en nous-mêmes des pulsions ou des émotions problématiques dont nous étions inconscients. Il s'agit là des aspects sombres et destructeurs décrits par JUNG, comme étant l'ombre et que le Reiki KARUNA qualifie de partie sombre de soi-même. Mais, tout est relatif et dépende en fait de notre propre culture, car d'un point à l'autre sur le globe, nous n'avons pas les mêmes valeurs.
On est donc en droit de se demander quelle position adopter pour appréhender dans l'absolu "le bien et le mal".
Lorsque l'on regarde autour de nous, on ne peut ignorer que le mal fait partie intégrante de la création car "la vie se nourrit de la vie". Son existence est donc essentielle à la création du monde tel qu'il nous apparaît, sinon celui-ci n'existerait pas. Cela s'accorde du reste très bien avec les textes mystiques chrétiens qui dépeignent "LUCIFER" (le porteur de Lumière) en tant que représentant et gardien des polarités (lumière et ombre,
bien et mal). C'est lui qui propulse l'homme dans le monde matériel et le soumet à un principe évolutif.
principe évolutif.
On retrouve aussi cela dans la théologie indienne, où le principe positif  SACCHIANANDA  définit une existence infinie, une intelligence subtile et une béatitude absolue, tandis que sa contrepartie négative désignée par le mal propose une existence limitée, l'ignorance et la souffrance.
En états modifiés de conscience (Rebirth, expansion de conscience, etc...), lorsque l'on fait un travail de recherche sur soi-même, il arrive fréquemment que l'on ait à expérimenter des souffrances physiques et émotionnelles extrêmes en rapport avec les forces de l'ombre, avant de retrouver la béatitude des forces spirituelles.
Le mal sous ses diverses expressions est donc le principe séparateur, nous éloignant de la source et le bien, l'élément unificateur, nous rapprochant de celle-ci. S. Grof (célèbre psychiatre américain), qui a étudié toute sa vie les mondes intérieurs auxquels on accède en état modifié de conscience, est arrivé à la conclusion que
l'équilibre cosmique était réalisé par l'interaction du bien et du mal, et que ce dernier était nécessaire à l'existence des mondes expérientiels comme le notre.
Dans notre culture, le mal et la souffrance, sont donc fondés sur une fausse perception de la réalité, caractérisée par la séparation de la source universelle et l'individualisme. Or, je pense qu'avec le Reiki et encore plus le Reiki KARUNA, nous faisons l'expérimentation d'un nouveau système de valeurs fondé sur la connaissance et la
compréhension de ces forces dans l'ordre universel.
L'été dernier, lors d'un voyage en Inde du Nord, j'ai rencontré au détour d'un hôtel, un indien enturbanné qui pratiquait une méthode de soins voisine du Reiki. Après avoir discuté quelques minutes de sa prestation, il s'excusa de devoir prendre congé car il devait rentrer chez lui pour préparer une grande fête à l'intention de Shiva.
Ses derniers mots furent ceux-ci : "En adorant Shiva, nous acceptons le principe de "l'ombre" comme une chose normale. Vous, dans votre culture, vous rejetez cela en bloc !".

Patrice PFEIFFER
Maître de Reiki