Articles sur le Reiki




 

Ethique et déontologie du Reiki

Publié le 12/07/2018 à 10h48 - mis à jour le 09/10/2018 à 15h51 - Vu 5250 fois

Ethique et déontologie du Reiki

- par Florence ROUX-FAIVRE -

A l'heure où le Reiki et ses praticiens sont montrés du doigt par les instances scientifiques et notamment par le rapport de la MIVILUDE de 2018, il convient de rappeler les règles d'éthique et la déontologie du Reiki.

En effet, en tant que praticien Reiki, nous ne sommes pas des Merlin l'Enchanteur, ni des guérisseurs, nous n'avons aucun pouvoir surnaturel, aucun don particulier.

L'émergence de différentes formes de Reiki, toutes aussi différentes les unes que les autres, porte quelque peu atteinte à un exercice éthique du Reiki.

Ce genre d'attitude attire négativement l'attention sur notre pratique et ne fait que la dévaloriser. Ainsi, la définition donnée par le rapport de la MIVILUDE nous laisse perplexe :

Le Reiki est également préconisé par ses défenseurs dans la prise en charge des troubles psychologiques liés à l'enfance. Si elle ne met pas toujours directement en danger l'enfant, cette méthode induit néanmoins une perte de chance vis-à-vis de l'amélioration de son état de santé et des possibilités réelles et durables de guérison.

Des témoignages accablants ont été recueillis par les associations de victimes.

De même nous lirons ce qui suit :

https://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140511662.html

Evidemment, nous savons que le Reiki ne guérit personne. Le Reiki accompagne notre processus d'autoguérison puisque nous sommes co-créateurs de notre chemin.

Il est aussi très important de rappeler que le Reiki est une méthode et non pas une médecine. La médecine fait appel à des procédés scientifiques auxquels le Reiki ne se réfère pas puisqu'il est une démarche holistique.

Le Reiki ne remplace pas une visite chez le médecin en cas de problème de santé, c'est une méthode complémentaire à la médecine conventionnelle. Reiki et médecine conventionnelle vont de pair mais pas l'un sans l'autre en cas de maladie.

Nous devons aussi rappeler que nous ne sommes que canal et qu'en aucun cas, nous influençons le Reiki ou ses effets ! Le praticien Reiki a un devoir d'humilité vis-à-vis de la personne qui vient le consulter. D'ailleurs, une des différences entre un praticien Reiki et un charlatan, c'est que le charlatan souvent manque d'humilité et imagine avoir un pouvoir réel, un don unique...

Souvenons-nous bien que si nous oublions l'esprit Reiki, l'esprit Reiki lui, ne nous oubliera pas et nous le fera savoir vertement...

Nous pouvons voir fleurir ici et là des pratiques Reiki que nous ne connaissons pas. Ainsi j'ai entendu parler du « Reiki des ... », du « Reiki du ... », du « Reiki ... » etc. Toutes ces appellations, nous devons le dire et le redire, ne font pas partie du système Reiki Usui.

Par curiosité, j'ai rencontré une praticienne du « Reiki de la ... ». Quelle n'a pas été ma stupeur lorsque cette prétendue praticienne a sorti un jeu de tarot pour trouver à quel endroit j'avais mal… je dois vous dire que non seulement j'ai été surprise mais en plus, j'ai dû lui demander à quel moment le Reiki intervenait dans sa pratique !

Le Reiki est une voie spirituelle mais en aucun cas une religion s'appuyant sur un dogme !

Il est très important, à chacune de nos séances, à chacun de nos stages, à chacune de nos séances de partage, de le rappeler encore et encore : pas de pouvoir surnaturel, pas de religion, pas de dogme...

De même, il faut que nous reconnaissions que parfois, le Reiki que nous donnons n'a pas d'effet visible ! Chaque fois que nous donnons une séance de Reiki à une personne (ou à nous-même) nous n'avons pas toujours le retour que nous espérions… oui, parfois le Reiki « ne marche pas » en apparence et c'est peut-être le signe qu'il ne faut pas qu'il "marche" parce que notre chemin n'est pas celui-ci. Entendre des praticiens Reiki dire que chacun de leur envoi fonctionnent, ou qu'ils ont des ressentis incroyables, je dois vous le dire, ça me hérisse le poil... c'est pourquoi j'insiste pour dire que nous ne sommes pas des Merlin l'Enchanteur et que nous devons bien nous garder d'avoir une telle attitude.

J'entends parfois dire que l'Ordre des Médecins se méfie de ce genre de pratique, fort du rapport de la MIVILUDE sur lequel il s'appuie ; or, sur le terrain, il n'en n'est rien. Si le Conseil National de l'Ordre a effectivement publié un appel à la vigilance en s'appuyant sur ce fameux rapport, certains médecins se forment à la pratique du Reiki qu'ils utilisent dans leur cabinet en complément des soins qu'ils apportent à leurs patients. Il en est de même pour l'hypnose que les chirurgiens utilisent pour certaines opérations.

Nous avons entendu il y a peu sur une chaîne publique, un médecin très connu dire : « Si ça vous fait du bien : allez-y, mais sans arrêter votre traitement, sans ignorer la médecine conventionnelle, prenez ces techniques en complément et en aucun cas en remplacement ! »

De plus, nous accompagnons des personnes en demande et non pas des patients.

Il faut savoir que le Reiki ne peut être frappé du délit d'exercice illégal de la médecine, dans la mesure où le praticien Reiki n'établit pas de diagnostic, ne délivre aucun traitement, ni d'ordonnance.

Il convient de se reporter sur ce sujet à l'article L 4161-1 du Code de la santé publique.

Quant à l'utilisation du mot « thérapeute », il ne peut être employé à la légère car il est couvert par la loi. La pratique du Reiki est à la fois non thérapeutique et non médicale. Nous sommes praticiens Reiki, nous ne sommes ni thérapeute, ni guérisseur, ni sorcier !

Ces rappels peuvent s'avérer fastidieux et inutiles si votre pratique est légale et saine et si elle repose sur une base d'amour, d'humilité et de respect. Cependant, il est de plus en plus nécessaire de rappeler ces règles éthiques, compte-tenu des dérives liées à la multiplication de praticiens.

Si nous voulons que notre pratique soit reconnue et respectée, il convient de manière urgente et absolue que nous puissions donner une image du Reiki qui lui corresponde, et non pas l'image que nous projetons sur lui à travers nos prismes et/ou fantasmes intérieurs.

Nous devons être des praticiens vigilants et attentifs à garder fermement une éthique responsable et respectueuse et ceci dans l'intérêt du Reiki, de nous-mêmes pour le bien de tous et en harmonie avec l'Univers !

Florence ROUX-FAIVRE
florence@litteram.fr