Articles sur le Reiki




 

A propos du Reiki dans le passé

Publié le 02/09/2012 à 14h30 - Vu 67135 fois

C’est en septembre 2000 (Reiki FORUM 21) que je lis avec grand intérêt l’article Reiki dans le passé qui suggère de se donner des traitements de Reiki pour libérer et nettoyer les charges émotionnelles liées à notre passé. Je viens donc bien simplement vous faire partager mon cheminement face à cette expérience que j’ai choisie et qui m’a profondément transformée.

En lisant l’article, le rythme de mon coeur s’accélérait. Je tenais là assurément une piste de libération. Je tiens à vous dire que ça fait des années que je travaille sur moi mais je sentais bien que je tournais en rond et me cognais le nez dans les mêmes foutus problèmes.

L’article propose donc de faire du ménage dans sa vie avec du Reiki, tout simplement et en douceur en plus. Ça semble trop facile tout ça. Par contre, ai-je le courage de m’investir si longtemps dans ce processus?! Suis-je assez déterminée pour m’imposer cette discipline d’autotraitement de Reiki 4 fois par semaine pendant autant de semaines que mon âge, soit 49 ans!!! Ya pas à dire, ça fait peur.

Alors je me suis payé une consultation perso, dans mon for intérieur, là où je suis le plus en sécurité :«Est-ce que tu n’es pas «tannée» de ressasser et retomber dans les mêmes états dépressifs débilitants? Ne souhaiterais-tu pas partager l’amour et la compassion reçus de ta thérapeute et des gens rencontrés dans les groupes? Veux-tu l’améliorer, ton sort? »

Zut!Évidemment que ça me disait oui à toutes ces questions. Évidemment que je veux abandonner mes comportements débilitants. Mais ma grande crainte était de m’imposer un devoir étouffant et contraignant. Pour réussir, il me fallait un contrat centré sur mes besoins, mes capacités. Mes désirs profonds étaient de me choisir, me respecter, m’aimer et lâcher prise.

Confiance, je savais que je serais guidée!

Et concrètement, ça voulait dire de me donner de l’espace, de l’air, du temps, du plaisir : sauter des jours, des semaines, accélérer, ralentir le rythme, relire l’article pour me rassurer, etc.

Ça n’a pas été toujours facile. Faire du ménage, ça brasse la poussière! Dans le doute, je plongeais dans ma caverne. Je lisais, parlais avec mes amis, prenais le temps de vivre. Pas de blâme!

C’est avec émotion le 6 janvier que j’ai complété ce travail. Grâce au Reiki et au contrat «élastique» face à moi, je renais. C’est le coeur plein de gratitude que j’en remercie l’Univers.

 

Lise Gingras

Maître Reiki